Construire son texte : développer une idée

Bien entendu, nous sommes des amateurs, nous écrivons avant tout pour le plaisir. Considérons donc que nous sommes libres de choisir notre sujet. Il faut cependant garder une chose à l’esprit : si on écrit pour soi, on publie pour être lu. La rédaction d’une fiction doit donc tenir compte de ce dernier point. Le Scribouillard est là pour vous aider à trouver votre voie car en travaillant votre idée, nous n’en ressortirez que plus satisfait.

Prenez un peu de temps avant de commencer la rédaction pour réfléchir à votre idée et à vos personnages. Ne vous précipitez pas sans avoir quelques éléments clefs qui détermineront le ton et l’ambiance de votre texte. Tout d’abord, soyez sûr de votre sujet, ne le changez pas en cours de route au risque de créer des incohérences. Le plus important pour partir du bon pied est de déterminer le lieu et l’époque du récit, ainsi que de connaître au moins le personnage principal. Vous pouvez rester volontairement flou sur les notions historiques et géographiques, mais à condition de créer un environnement cohérent.

Chacun est libre d’adopter la méthode de travail qui lui convient, le but étant d’être à l’aise avec celle-ci et avec votre fiction. Si vous butez lors de la rédaction, que vous passez de longues heures à vous creuser les méninges, mais que vous ne sortiez pas de l’impasse, cela peut signifier que la méthode choisie ne vous convient pas ou plus ; n’hésitez pas à en essayer une autre. Voici quelques exemples de méthodes qui peuvent vous aider à développer vos idées de scénario.

Faire un résumé

Vous pouvez commencer par exemple par rédiger un résumé de votre fiction telle que vous l’imaginez. Faites-y apparaître les éléments et les personnages principaux de manière à pouvoir vous appuyer sur ce résumé lors de la rédaction. Vous n’avez pas besoin de tout connaître en détail, mais si cela vous aide, prenez le temps de réfléchir à quelques péripéties ou encore à la fin de votre récit. Connaître la fin à l’avance peut en effet aider car on sait dès le départ où on va, ce qui peut donner pas mal de pistes pour faire avancer l’intrigue : vous devrez alors réfléchir à comment atteindre ce but.

Le résumé présente l’avantage de pouvoir vous servir de pense-bête. Grâce à lui, vous pouvez noter et ordonner vos idées sans avoir besoin de tout retenir. Il est également conseillé de le considérer comme un résumé temporaire, pouvant évoluer au gré de vos idées. Même lorsque la rédaction est commencée, vous pouvez opérer des modifications sur votre scénario : ajout ou suppression d’éléments, changement d’ordre dans les étapes du récit… Avoir écrit un résumé vous permet de mieux garder en tête l’évolution du récit afin de garder sa cohérence : faire des modifications au hasard risque de changer votre récit de manière inattendue. Il est donc préférable de toujours réfléchir à ce que chaque changement, chaque nouvelle donnée apportera ou enlèvera à vos écrits.

Le résumé est donc un bon outil pour garder une vue d’ensemble de votre teste, surtout si vous êtes du genre à faire de longues pauses dans votre travail : relire votre résumé vous permettra de vous remettre dans le bain en un clin d’œil.

Faire un plan

Si vous êtes du genre rigoureux ou que vous avez besoin d’avoir tout envisagé avant de commencer, vous pouvez prendre le temps de faire un plan. Tout comme le résumé, le plan permet de mieux ordonner et développer ses idées. Son avantage est qu’il vous oblige à réfléchir à tous les aspects de votre futur récit jusque dans les détails pour aboutir à la structure générale de votre texte. Vous pouvez alors élaborer un plan global en mettant vos idées à la suite suivant un ordre réfléchi puis les suivre selon le développement que vous souhaitez obtenir. Votre plan peut alors se composer d’idées succinctes ou bien plus étoffées suivant votre besoin.

Vous pouvez également réaliser un plan détaillé par chapitre. Cette méthode prend un peu plus de temps, mais ainsi, vous verrez rapidement si une idée a besoin d’être développée davantage ou si des éléments sont à ajouter. Avec un plan détaillé, vous pouvez rapidement voir l’évolution de votre récit ; le nombre de chapitres prévu (qui ne doit pas être une contrainte), ce qui a été fait, ce qu’il reste à faire… Établir un plan vous obligera, en amont, à réfléchir aux éléments qui vont lier les moments importants : c’est un peu comme remplir des blancs. Ainsi vous ne vous retrouverez pas complètement à court d’idée au moment de la rédaction. Le plan par chapitre présente également l’avantage de permettre l’intégration d’idées directement à la bonne place. Lorsqu’une idée vous vient, n’hésitez pas à la noter dans le chapitre correspondant afin de ne pas la perdre.

Si vous choisissez de faire un plan par chapitre, là encore plusieurs possibilités s’offrent à vous. La plus simple est de noter vos idées et de les organiser suivant un enchaînement cohérent en les répartissant dans des chapitres. Vous pouvez alors noter uniquement les éléments importants de chaque chapitre ou bien faire de petits résumés pour chacun. Allez jusqu’au niveau de détail qui vous convient, mais garder à l’esprit que si vous détaillez trop, vous aurez, certes, beaucoup d’éléments lors de la rédaction, mais cela risque de brider votre imagination. Ne vous enfermez pas dans un plan trop strict qui vous dirigerait pour tout.

Notez également que le nombre de chapitres prévu doit être modulable : n’hésitez pas à ajouter un chapitre ou à en retirer un si vous sentez que le bon déroulement de l’histoire l’impose. Vos éléments peuvent être déplacer d’un chapitre à l’autre, voire réorganisés si vous jugez cela nécessaire à la bonne évolution de votre fiction. Vous ne devez jamais être prisonnier de votre plan.

Vous pouvez également coupler résumé et plan : un plan pour vous aider à la rédaction et un résumé pense-bête pour vous aider à vous souvenir du déroulement global et des idées principales. Notez que ces deux méthodes sont également utiles si vous faîtes appel à un correcteur ou bêta-lecteur : lui montrer votre résumé ou votre plan lui permettra de mieux appréhender votre fiction et de mieux vous aider dans la correction car il pourra alors juger le scénario dans son ensemble.

Écrire au fil de l’eau

Si vous n’avez pas envie de perdre du temps, vous pouvez aussi commencer la rédaction sans chercher à faire ni plan ni résumé. Notez néanmoins que vous ne devez pas vous précipiter pour autant. Réfléchissez d’abord à ce que sera votre univers, vos personnages, puis à ce que vous souhaitez intégrer dans votre premier chapitre. Vous pouvez parfaitement écrire au fur et à mesure, mais n’en omettez pas pour autant de réfléchir au contenu de votre texte. À chaque nouveau chapitre, prenez le temps de vous demander quel sera son déroulement, les éléments à ajouter, mais aussi ceux découlant des chapitres précédents. Ne perdez pas de vue la logique de l’histoire. Relire les anciens chapitres, même en diagonal, peut d’ailleurs vous aider dans ce sens.

Avant de vous jeter sur votre stylo, prenez un peu de temps pour noter vos idées. Les coucher sur papier vous aidera à mieux les évaluer. De plus, en gardant vos notes précieusement, votre plan se constituera de lui-même et vous n’aurez plus qu’à y jeter un coup d’œil rapide au besoin pour vous remettre en mémoire les éléments déjà écrits. Vous pouvez d’ailleurs choisir de réaliser un petit plan ou un résumé de votre nouveau chapitre avant sa rédaction.

Je terminerais en vous rappelant qu’il n’y a pas une bonne méthode mais autant qu’il y a d’auteurs, à vous de trouver la vôtre. N’hésitez pas à nous faire part de votre propre méthode et de ses bienfaits ! Si vous avez besoin d’aide pour mettre vos idées au clair, vous pouvez aussi vous servir de la grille de développement proposée par Le Scribouillard.

Partager

1 comment on “Construire son texte : développer une idée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *