Titre et résumé : la vitrine de votre texte

Le titre de votre fiction, ainsi que son résumé ont une part importante dans sa présentation. C’est grâce à eux que vous allez attirer l’attention des lecteurs, leur donner envie de lire votre texte, ou bien carrément les faire fuir. Ce sont donc des éléments à soigner car ceux sont eux qui vont donner la première impression de votre travail.

Le titre

Le titre est d’autant plus important que c’est la première chose que verra le lecteur. Il marquera l’identité de votre texte, c’est grâce à lui qui vos lecteurs pourront l’identifier, il servira en quelque sorte de point de référence pour retrouver votre texte. Choisissez un titre aussi accrocheur que vous pouvez, mais en gardant à l’esprit qu’il doit être en rapport avec votre texte. Vous devez annoncer le sujet de votre récit sans pour autant trop en révéler. Votre fiction traite-t-elle d’un voyage ? D’une rencontre ? Ou encore d’un rêve à réaliser ? N’hésitez pas à utiliser l’élément qui sera au cœur de votre fiction comme Le don, Le pacte,ou encore Les gardiens. Vous pouvez aussi ajouter des qualificatifs, des dénominations ou encore des noms à ces éléments de manière à les rendre encore plus pertinents : Le don de Dobby, L’honorable pacte des Griffondor, Les gardiens de Poudlard. Votre titre peut également englober votre récit dans sa généralité : Une joyeuse troisième année, L’incroyable épopée du sol cogneur

Vous pouvez également reprendre des titres d’œuvres existantes (romans, films, chansons…), le lecteur sera alors interpelé en le reconnaissant, vous aurez donc plus de chance qu’il s’arrête pour en savoir plus. Vous pouvez également oser le jeu de mot, néanmoins gardez à l’esprit qu’il est préférable de choisir son titre en fonction du registre de la fiction : si vous écrivez dans un genre sérieux voire tragique, mieux vaut bannir l’humour. Un mauvais accord entre titre et récit réservera une mauvaise surprise au lecteur qui s’attendait à trouver tout autre chose. Prenez donc le temps de bien y réfléchir. N’oubliez pas qu’il n’y a aucune urgence à la publication, si le titre vous échappe, prenez un jour de plus pour y réfléchir.

En outre, si vous optez pour une langue étrangère, pensez toujours à traduire votre titre de manière a ce qu’il puisse être compris de tous. Pour ce qui est des langues utilisant des caractères spéciaux (grec, russe, japonais…) il est également préférable de donner une transcription afin que vos lecteurs puissent le prononcer. Toutefois, pensez à n’utiliser une autre langue que si son emploie est justifié par le texte et non pas « parce que ça fait classe » ou parce que vous aimez cette langue. L’emploi d’une langue sans rapport avec votre texte aurait un impact plus ridicule que pertinent.

Surtout, évitez les commentaires dans votre titre, notamment du genre « Titre pourri lol », dévaloriser votre titre ou mettre n’importe quoi seulement pour vous débarrasser de cette corvée risque de ne pas jouer en votre faveur. Évitez également de ne pas donner de titre à votre récit, et d’utiliser des expressions comme Pas de titre, Venez lire ou bien Ma fiction, dans l’espoir que la curiosité poussera à s’arrêter pour lire le résumé. Le plus souvent, c’est le titre qui accroche d’abord l’œil du lecteur, il donne une première impression de votre texte. Dans ces cas, on a une impression de négligence de la part de l’auteur. Le titre permet d’identifier une œuvre d’un coup d’œil, vous n’appelleriez pas vos enfants « Sans nom » ou « Caius, nom pourri lol » ? Ça ne donne pas vraiment envie d’en savoir davantage ; si le titre donne l’impression d’un travail bâclé, difficile d’avoir envie d’aller plus loin et de s’intéresser à l’histoire. Ces commentaires donnent une impression de travail inachevé, un peu comme si vous aviez publié trop tôt un texte pas encore arrivé à maturation ; vous risquez de perdre un certain nombre de lecteurs pour peu qu’ils soient un peu exigeants.

Le résumé

Il en va de même pour le résumé. Une fois le lecteur attiré par votre titre, il va s’intéresser au résumé de manière à juger de l’intérêt potentiel de votre récit. Mettez toujours quelques mots pour indiquer le sujet de votre texte ; le lecteur a besoin d’un minimum de renseignements pour se faire une idée du type de fiction qu’il s’apprête à lire. Dans le cas d’une fanfiction, il peut être appréciable de donner au moins le nom du personnage principal, surtout s’il s’agit un OC (personnage que vous créez de toutes pièces) ; certains préfèrent tel ou tel personnage dans l’œuvre originale et ne perdent pas leur temps à commencer toutes les fictions sur lesquelles le doute plane. Vous pouvez également mettre le genre de votre récit, que ce soit en toutes lettres ou bien subtilement inclus dans votre résumé.

De même que votre titre, le résumé doit être représentatif de votre texte, choisissez donc attentivement son registre (humoristique, sérieux, mystérieux…) mais aussi le niveau de langue utilisé : si vous employez un langage courant voire familier ou oral, un résumé soutenu dénoterait, et inversement. Le résumé est une vitrine pour votre fiction, profitez-en pour la mettre en valeur ! Si vous êtes à court d’inspiration, vous pouvez toujours opter pour un extrait de votre fiction. Dans ce cas, choisissez le avec soin ; il doit attirer l’attention sur un événement clef sans toutefois trop en dévoiler. Il doit laisser planer le doute sur la situation tout en donnant assez d’éléments pour titiller l’imagination.

Contrairement aux idées reçues, il n’est pas très difficile d’écrire un résumé simple mais efficace ; en une phrase toute simple, on peut présenter le contexte de l’histoire et l’élément important qui va faire démarrer le récit. Donc, quel que soit votre texte, pensez toujours à le présenter. C’est très désagréable de trouver « Je suis nul pour les résumés, venez lire si vous voulez savoir ». Vous attirerez peut-être quelques curieux de passage, cherchant désespérément quelque chose à lire pour passer le temps, mais la plupart passeront leur chemin ; pourquoi perdre son temps à lire un texte sans avoir la moindre information dessus et risquer de se retrouver avec un sujet qui nous déplait ? Un résumé peut éviter ce genre de désagrément et vous permettra d’attirer des lecteurs appréciant les sujets sur lesquels vous écrivez. Évitez également de discréditer votre travail en ajoutant des commentaires comme « Résumé de merde » ; c’est le résumé qui va présenter votre fiction, ne le rabaissez pas au risque de laisser penser aux lecteurs que votre fiction est du même niveau. Ne cherchez pas non plus à tout prix à en faire des tonnes, restez simples, c’est encore le plus efficace. Bannissez aussi les résumés trop longs qui prennent énormément de place sur la page d’accueil des publications et gênent les visiteurs : ce n’est pas le meilleur moyen de se faire remarquer.

Titre et résumé sont donc bien plus importants qu’ils ne le paraissent. Soignez-les car ils vous permettront de mettre votre travail en valeur. L’idéal reste de s’assurer qu’ils sont écrits en français correct : si le titre ou le résumé comporte des fautes ou bien des erreurs de syntaxe, cela n’augure rien de bon pour le contenu.

En bref, prenez votre temps pour réfléchir et ne vous précipitez pas. N’hésitez pas à demander de l’aide à vos amis si vous peinez à trouver des titres ou à rédiger vos résumés, demandez-leur leur avis, mais surtout, on s’applique jeune Scribouillard !

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *